LE « CORPS MUSICAL » (Pierre Longuenesse) : Une PARTITION

Place au « corps musical » et à la notion de « partition »: autant de concepts qui constituent le « fil conducteur » de ma thèse de doctorat.

Que fait la musicalité de la langue racinienne et claudélienne au corps des acteurs ?

En quoi les œuvres Phèdre de Jean Racine et Partage de midi de Paul Claudel peuvent-elles être considérées comme des « partitions » ?

http://apu.univ-artois.fr/Revues-et-collections/Etudes-litteraires/Serie-Corps-et-voix/Corps-musical-dans-le-theatre-des-XXe-et-XXIe-siecles-formes-et-enjeux

https://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=5152

« UNE LANGUE À INVENTER »

Qu’il s’agisse de l’alexandrin racinien ou du vers libre claudélien, l’acteur, tel un équilibriste, doit à la fois respecter cette langue singulière et la rendre concrète pour que le spectateur se reconnaisse et que la catharsis, prégnante au théâtre, se produise.

Propos d’Éric Ruf :

« La langue de Racine est faite à la fois d’objectivité et de sentiments purs. Pour l’avoir beaucoup jouée, j’aime le voyage qu’elle impose, comme celle de Claudel, une langue à inventer ».

https://www.comedie-francaise.fr/www/comedie/media/document/programme-bajazet1617.pdf

 

 

LE CORPS AU THÉÂTRE

Selon Anne Ubersfeld, le théâtre est corps.

Un texte théâtral a besoin de passer par le plateau pour exister, sinon il risque de demeurer «  troué » ou, en tout cas, « à venir ».

Le corps est une donnée qui interroge et qui a notamment fait l’objet de ce colloque.

Jonathan Châtel & Pierre Piret, 2014

Les actes viennent de paraître aux Éditions Academia:

C’est le premier événement qui m’a introduite à cette question, laquelle m’a tout particulièrement intéressée et a nourri, non seulement, mes recherches dans le cadre de mon mémoire de master en Latin-Français, mais aussi, ma réflexion doctorale. C’est la raison pour laquelle :

la voix et le corps des acteurs Marina Hands et Éric Ruf sont au cœur de ma thèse.

LA VOIX AU THÉÂTRE

S’intéresser à la voix au théâtre revient à travailler avec la mémoire de l’éphémère.

Marie-Madeleine Mervant-Roux vient d’initier, avec différents collègues, un site en partenariat avec la BNF (Bibliothèque Nationale de France) que je vous invite vivement à découvrir (cf. le lien ci-dessous).

J’entends humblement apporter ma pièce à l’édifice par le biais de ma thèse dédiée à la voix de :

Marina Hands et Éric Ruf…

https://www.bnf.fr/fr/actualites/entendre-le-theatre-les-voix-du-theatre-en-7-episodes

« Il ne faut pas comprendre, mon pauvre Monsieur, il faut perdre connaissance! » (Ysé à Mesa, Acte I, Scène 3, Partage de midi de Paul Claudel)

En 2014, je visionne un film réalisé par Claude Mouriéras à partir de la distribution originale de la mise en scène d’Yves Beaunesne de Partage de midi de Paul Claudel, avec Marina Hands et Éric Ruf dans les rôles-titres d’Ysé et de Mesa. La pochette DVD apparaît ci-dessous.

L’évidence s’est, à nouveau, manifestée à moi : ces deux acteurs susmentionnés me paraissent rares et singuliers et, à ce titre, je souhaite leur consacrer et leur dédier ma thèse de doctorat !

Une filiation s’opère ainsi dans mon esprit entre la mise en scène de Patrice Chéreau de Phèdre de Jean Racine et celle d’Yves Beaunesne de Partage de midi de Paul Claudel.

À la découverte de la captation filmique du spectacle à la Bibliothèque-Musée de la Comédie-Française, mon opinion initiale n’a fait que se renforcer…

https://www.fnac.com/a6625454/Partage-de-midi-DVD-Eric-Ruf-DVD-Zone-2

Un ange passe par la scène (Jon Fosse, cité par Gabriel Dufay)

Nous sommes en 2013…

En troisième année de bachelier (équivalent d’une licence) à l’UCL (Université Catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, Belgique) en Latin/Français, je suis un cours d’ « analyse du théâtre français » avec, au programme, Phèdre de Jean Racine.

Amoureuse de ce texte théâtral depuis ma rhéto (équivalent de la terminale), je cherche une mise en scène emblématique de cette pièce. C’est ainsi que je découvre le spectacle de Patrice Chéreau…

Et là : un  » choc poétique  » se produit !

Je reste littéralement sans voix face à la puissance d’incarnation… particulièrement de Marina Hands (Aricie) et Éric Ruf (Hippolyte).

https://www.theatre-odeon.eu/fr/phedre_3

Je décide de consacrer mon mémoire de master à cette production en vue de la comparer avec la version de Sénèque et celle de Jean Racine quant à la monstruosité.

Parallèlement, l’idée d’une thèse de doctorat me taraude depuis quelques années… To be continued la semaine prochaine !

La monstruosité opératique, une utopie tragique ? – Titre originel

Descriptif du projet initial de mes recherches doctorales :

Notre réflexion doctorale, divisée en deux volets – l’un textuel, l’autre dramaturgique – entend répondre à la problématique suivante :
« Comment la tragédie Phèdre de Jean Racine (1677) et le drame Partage de midi de Paul Claudel (1905) attestent-ils d’une hybridité esthétique et contrastive entre le parlé et le chanté et comment la théâtralité peut-elle dès lors devenir lyrique ? ».
Forts de présupposés théoriques relatifs aux relations texte-musique et à la manière de concevoir ces réalités au XVIIème et au tournant des XIXème – XXème siècle, nous allons tout d’abord nous attarder sur la prégnance musicale du texte racinien et du texte claudélien avant d’aborder comment les mises en scène respectives de de Patrice Chéreau (Phèdre de Jean Racine, 2003, Théâtre de l’Odéon) et d’Yves Beaunesne (Partage de midi de Paul Claudel, 2007, Comédie-Française) – et plus particulièrement les interprétations de Marina Hands et Éric Ruf – se positionnent face à ces concepts préalablement définis.
En d’autres termes, nous souhaitons, dans un premier temps, nous focaliser sur le texte racinien et le texte claudélien pour tenter d’y déceler une musicalité intrinsèque avant de nous axer sur les deux créations et les deux acteurs précités et envisager ainsi comment, d’une part, ils reprennent les esthétiques dominantes des XVIIème, XIXème et XXème siècles et répondent aux discours du temps. D’autre part, nous analyserons la façon dont ces spectacles et ces artistes s’inscrivent simultanément dans notre contemporanéité.

La photo de couverture : https://www.theatre-odeon.eu/fr/phedre_3 

L'intimité de Marina Hands et Éric Ruf face à Phèdre de Jean Racine & Partage de midi de Paul Claudel

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search